4 départements de recherche
750 employés
45 nationalités
55 équipes de recherche
16 lauréats ERC
260 publications par an
24000 m² de laboratoires

Soutenez-nous via

Fondation universite de Strasbourg

Palmarès prix de thèse SBS : Prix de la Fondation Unistra 2017 Société de Biologie de Strasbourg : Patrick LAURETTE


Une nouvelle méthode d'observation de la formation des tissus à géométrie complexe

L'aorte dorsale de l'embryon de poisson zèbre imagée par un microscope à fluorescence combiné à un microscope confocal. La position 3D de chaque noyau a été déterminée à l'aide d’un logiciel. Les sphères rouge et bleue représentent respectivement les positions des noyaux des artères et des veines.

25 septembre 2018

Lors du développement de l'embryon, la forme des tissus et des organes évolue fortement. Afin d'observer l'évolution de structures complexes à géométrie cylindrique, telles que l'aorte, le tube digestif ou encore les poumons et les reins, les chercheurs de l'équipe de Julien Vermot à l'IGBMC (CNRS/Inserm/Université de Strasbourg) ont développé une nouvelle méthode de préparation des échantillons et d'analyse d'images pour la microscopie tridimensionnelle (3D). Cette étude a été publiée le 24 septembre dans la revue Philisophical Transactions B.


En savoir plus

Envoyer

2017, une année avec le CNRS en Alsace

13 septembre 2018

Retrouvez les travaux des chercheurs de l'IGBMC dans la brochure du CNRS

En savoir plus

Imprimer Envoyer

Rapport d'activité 2017

11 juillet 2018

Découvrez la première édition du rapport d’activité de l'IGBMC, un nouveau rendez-vous annuel qui permettra à chacun de suivre de manière synthétique les grandes lignes de nos recherches et de notre évolution !

 

Rapport d'activité 2017

En savoir plus

Envoyer

Rétines artificielles : vers une vision améliorée de patients atteints d’une maladie génétique rare de l’œil

Film de nanotubes de dioxyde de titane

6 novembre 2018

Si les prothèses rétiniennes développées depuis une dizaine d’années permettent à certaines personnes aveugles de percevoir à nouveau des signaux lumineux, leur coût est élevé et l’image qu’elles restituent insuffisamment précise pour reconnaitre un visage. Dans cette étude, des chercheurs de l’IGBMC (CNRS/Inserm/ Université de Strasbourg), de l’Institut de Chimie et Procédés pour l’Energie l’Environnement et la Santé (CNRS/Université de Strasbourg) et de l’Institut de la Vision (CNRS/Inserm/ Sorbonne Université) à Paris ont utilisé des films de nanotubes de dioxyde de titane, un matériau peu couteux, qui permettrait un réglage fin de la stimulation du réseau de neurones de la rétine. Des résultats publiés en ligne le 18 octobre 2018 dans la revue Advanced Functional Materials.

 

En savoir plus

Envoyer
Université de Strasbourg
INSERM
CNRS

IGBMC - CNRS UMR 7104 - Inserm U 1258
1 rue Laurent Fries / BP 10142 / 67404 Illkirch CEDEX / France Tél +33 (0)3 88 65 32 00 / Fax +33 (0)3 88 65 32 01 / directeur.igbmc@igbmc.fr