Contact

Cellules T

RESPONSABLE DE SOUS-GROUPE

Céline CHARVET

Après ma thèse en 2002, j’ai effectué plusieurs post-docs dans différents laboratoires aux États-Unis (La Jolla Institute, San Diego, CA) et en Europe (IMMZ, Freiburg, Allemagne et Institut Cochin, Paris, France) pour parfaire ma formation scientifique. J’ai été recrutée comme chercheur au CNRS en 2013. Au cours de mon parcours, j’ai étudié diverses thématiques, comme les mécanismes moléculaires de la mort cellulaire, l’activation des lymphocytes T CD4+, ainsi que leur polarisation en différentes sous-populations de lymphocytes T CD4+ effecteurs (notamment les cellules Th17).
Depuis mon arrivée dans le laboratoire de Susan Chan et Philippe Kastner, je suis en charge des projets qui consistent à comprendre le rôle des facteurs de transcription de la famille Ikaros dans le devenir des cellules T CD4+ murines et humaines en conditions physiologiques et pathologiques. Dans ce but, nous utilisons des modèles génétiquement modifiés et une combinaison de différentes approches techniques, comprenant notamment de la biologie moléculaire et cellulaire ainsi que des études à l’échelle du génome (ChIP-seq, ATAC-seq, RNA-seq). Nous avons récemment mis en évidence qu’Ikaros est nécessaire 1) pour polariser les cellules T CD4+ en cellules Th17 sécrétrices d’IL-17 et 2) pour freiner l’expression de cytokines pro-inflammatoires (comme le GM-CSF et l’IFN) et réprimer le phénotype pathogénique des lymphocytes T CD4+. Nous souhaitons maintenant déterminer les mécanismes moléculaires par lesquels Ikaros influence le destin des lymphocytes T CD4+ et étendre nos recherches pour mieux comprendre le développement des pathologies autoimmunes inflammatoires.

Membres

Chercheur(euse)s