Contact

Dyrk1a, développement du cerveau et maladies rares

Dyrk1a, développement du cerveau et maladies rares

RESPONSABLE DE SOUS-GROUPE

Véronique BRAULT

Les principaux flux d'interneurones migrant au cours du développement cérébral peuvent être suivis par l'expression de la GFP dans le domaine d'expression Dlx5/6 tandis que les autres cellules sont marquées avec la protéine fluorescente rouge tomate.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Récemment, il a été proposé que des altérations des circuits inhibiteurs pourraient être un mécanisme pathogène courant dans plusieurs troubles neurologiques et psychiatriques tels que l'épilepsie, les troubles du spectre autistique, la schizophrénie et la DI, y compris le SD. L'équilibre fonctionnel entre les systèmes neuronaux excitateurs (glutamatergiques) et inhibiteurs (GABAergiques) (E/I) s'établit au cours du développement, et est donc altéré dans ces pathologies. Remarquablement, des variations de dosage de DYRK1A ont été associées à la plupart d'entre elles (épilepsie, TSA et DI) et un déséquilibre E/I a été observé avec des variations de dosage de Dyrk1a chez la souris.

 

En effet, les souris Dyrk1a+/- présentent une diminution du marqueur GAD67 GABAergique, convergeant ainsi vers une excitation accrue ; alors que la surexpression de Dyrk1a dans un modèle Dyrk1a monogénique (TgDyrk1a) entraîne une augmentation des marqueurs GABAergiques et des neurones GABAergiques, conduisant à une inhibition globale du système. Dans l'ensemble, ces résultats plaident en faveur d'un rôle critique de Dyrk1a pendant le développement du cerveau et dans le maintien de l'équilibre entre les neurones glutamatergiques excitateurs et les neurones GABAergiques inhibiteurs.

Membres

Chercheur(euse)s

Stagiaires